GEDUBOUQ, Vers une Gestion Durable du Bouquet

Publié le 28 septembre 2020 | Nos travaux, Pêche |

Le bouquet est en passe de devenir un emblème pour la Normandie. Toutefois, les pêcheurs professionnels et amateurs indiquent une diminution de la ressource depuis quelques années. Très peu d’études scientifiques ont été menées sur cette espèce et aucune sur les côtes normandes. Ainsi, dans le cadre d’un consortium de scientifiques, de pêcheurs et d’associations, un programme d’étude est financé par l’Union Européenne pour une durée de 3 ans (FEAMP) et vise à collecter le maximum d’informations sur la biologie, les effets anthropiques et la pêche de cette espèce en Normandie afin d’évoluer vers une gestion durable du bouquet (GeDuBouq).



Des volumes débarqués limités mais un prix de vente élevé

Pêché sur l’ensemble des côtes rocheuses de Normandie, le bouquet (Palaemon serratus) est en passe de devenir un emblème pour la Normandie. Quelques dizaines de pêcheurs professionnels exercent traditionnellement cette activité de manière saisonnière (entre août et février) sur l’ensemble du littoral de la Manche, du Calvados et de la Seine Maritime. Les faibles volumes débarqués ne doivent pas occulter un chiffre d’affaire conséquent. Mais depuis une vingtaine d’années, une baisse importante des rendements de pêche de cette espèce est observée (enquête CRPBN, 2002). Plus récemment, les pêcheurs exerçant leur activité dans les Iles Chausey ont observé une diminution de la taille des crevettes et des quantités pêchées.

Une espèce recherchée par les pêcheurs amateurs

D’autre part, la pêche à pied aux bouquets par les amateurs représente un enjeu économique et culturel important pour la Normandie. Fort de ces constats, une étude préliminaire a été menée sur cette espèce et les pratiques de pêche. Cette étude a été réalisée en 2019 à partir de la bibliographie et d’une enquête auprès de 164 pratiquants de l’ensemble des côtes de la Manche et du Calvados. Elle a permis d’établir deux constats :

– Un manque important de données sur la biologie et l’écologie de cette espèce en Normandie ne permettant pas d’établir un diagnostic précis sur l’état de la (ou des) population (s) et du stock ou des stocks.

– Un fort ressenti sur l’évolution à la baisse des captures (taille et quantité) sur l’ensemble du littoral.

Un programme de recherche financé par les fonds européens FEAMP

Ainsi, dans le cadre d’un consortium (CRPN, SMEL, Universités de Normandie et associées (BOREA-MNHN, M2C-CNRS, SEBIO), LABEO, FAR VIEW et les associations AVRIL, CPIE Vallée de l’Orne, Aquacaux), une étude ciblée sur cette espèce est proposée par la mise en place d’une approche écosystémique des pêches dans un contexte de changement global (évolution de la température de l’eau, acidification des océans, anthropisation du littoral, modification des habitats favorables …).

Les objectifs du programme sont multiples :

– Evaluer l’état des stocks de bouquet et identifier les causes et les conséquences de la diminution des populations de bouquets en Normandie.

– Comprendre, en relation avec les facteurs du milieu, le cycle de vie du bouquet en Normandie (période de reproduction, phase larvaire et recrutement des juvéniles, migration et répartition sur l’estran en fonction des saisons et des habitats, croissance et distribution des classes d’âge dont la taille des femelles matures…) et caractériser le régime trophique.

– Mieux identifier les pêcheries de bouquet en Normandie

– Participer à l’éco-sensibilisation sur cette espèce auprès de l’ensemble des acteurs

Mise en œuvre d’une approche écosystémique

Trois axes de travail sont proposés à l’échelle de la Normandie (Manche Calvados, Seine-Maritime) :

  • Biologie et Ecologie du bouquet (Palaemon serratus) (croissance, reproduction, implication dans le réseau trophique, faune & flore associées, …)
  • Effets cumulés des activités anthropiques sur cette espèce (température, contaminants, captures)
  • Etude socio-économique des pêcheries de bouquets et éco-sensibilisation des acteurs (respect de la taille, date d’ouverture/fermeture, techniques de pêche…).

Associer l’ensemble des pêcheurs normands dans la démarche

Ce travail sera réalisé en collaboration avec l’ensemble des pêcheurs pour obtenir des informations sur tous les sites de pêche et échanger sur les connaissances empiriques des pêcheurs. L’étude sera approfondie sur quatre sites sur une durée de 3 ans pour mieux cerner la biologie et l’écologie de l’espèce : Iles Chausey, Côte ouest du Cotentin, Grandcamp-Maisy, Fécamp

Les résultats attendus en 2023 :

  • Améliorer les connaissances sur la biologie et écologie de l’espèce et comprendre le rôle du bouquet dans les niveaux inférieurs du réseau trophique grâce à l’isotopie
  • Etudier l’évolution spatio-temporelle de l’espèce à l’échelle de la Normandie, dans un contexte de réchauffement climatique et des facteurs cumulés des activités anthropiques (dont la contamination chimique).
  • Evaluer l’importance de cette espèce pour la pêche côtière (typologie de(s) flottille(s) concernées, lieux de pêche et saisonnalité, volumes débarqués).
Contacter le responsable SMEL de ce programme

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


PARTENARIAT TECHNIQUE


PARTENARIAT FINANCIER

 


Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.