Recrutement des crustacés en Normandie (Projet RECCRU)

Publié le 28 avril 2020 | Nos travaux, Pêche |

En France et plus largement en Europe, l’évaluation de stocks des grands crustacés (Langouste rouge, homard, tourteau, araignée) repose essentiellement sur les données de captures des pêcheurs associées à l’effort de pêche et aux structures démographiques. Or, cette approche est incomplète si l’on veut réaliser un suivi exhaustif des stocks. En effet, le comportement cryptique des jeunes individus fait qu’il n’existe aucune donnée sur le recrutement de ces espèces. C’est la raison pour laquelle le programme RECCRU (RECrutement de CRUstacés) a été lancé en 2019. Porté par l’IFREMER, il est financé par France Filière Pêche dans le cadre de l’appel à projet « Enjeux et Avenir ». Il s’appuie sur les professionnels et les Comités des Pêches de la façade Manche-Atlantique (de la Normandie jusqu’à la Nouvelle Aquitaine) ainsi que sur des structures institutionnelles (Station Biologique de Roscoff, ENSTA Bretagne, Parc Naturel Marin d’Iroise, SMEL).



Objectifs et actions du programme RECCRU

Les objectifs de RECCRU sont de développer et d’utiliser en routine des outils et méthodes pour estimer et comprendre le niveau du recrutement annuel du homard, de la langouste rouge, du tourteau et de l’araignée pour prévoir leur biomasse future et ainsi gérer en amont la pêcherie de ces crustacés à fort intérêt commercial.

Les objectifs de RECCRU sont de développer et d’utiliser en routine des outils et méthodes pour estimer et comprendre le niveau du recrutement annuel du homard, de la langouste rouge, du tourteau et de l’araignée afin de prévoir leur biomasse future et ainsi gérer en amont la pêcherie de ces crustacés à fort intérêt commercial.

Plusieurs actions s’inscrivent dans RECCRU et portent sur :

  • Le suivi des larves planctoniques nageuses des différentes espèces de crustacés lors de campagnes scientifiques
  •  La pose et le suivi d’un réseau de collecteurs pour recueillir des post-larves (0 à 1 an) et développer des indicateurs de recrutement
  • La pêche de juvéniles (1 à 3 ans) à l’aide d’engins de pêche spécifiques pour établir une relation entre le recrutement et l’abondance de juvéniles

Les objectifs de RECCRU sont de développer et d’utiliser en routine des outils et méthodes pour estimer et comprendre le niveau du recrutement annuel du homard, de la langouste rouge, du tourteau et de l’araignée pour prévoir leur biomasse future et ainsi gérer en amont la pêcherie de ces crustacés à fort intérêt commercial.

Plusieurs actions s’inscrivent dans RECCRU et portent sur :

  • Le suivi des phases larvaires pélagiques pour établir un lien entre les larves planctoniques et les post-larves benthiques
  • La pose et le suivi d’un réseau de collecteurs à post-larves de grands crustacés (homard, araignée, tourteau, langouste rouge) pour recueillir des indicateurs de recrutement
  • La pêche de juvéniles (1 à 3 ans) à l’aide d’engins de pêche spécifiques pour établir une relation entre le recrutement et l’abondance de juvéniles

En collaboration avec les pêcheurs, le SMEL et son équipe de plongeurs professionnels interviennent spécifiquement sur la pose et la relève de collecteurs pour le homard, le tourteau et l’araignée et participent avec le CRPMEM de Normandie au prélèvement des échantillons.

Des collecteurs à l’essai pour suivre le recrutement des crustacés

Les scientifiques australiens, canadiens et américains ont une grande expertise sur les dispositifs de recrutement de la langouste et du homard. Ils utilisent des structures spécifiques encore appelées collecteurs qu’ils immergent pendant la période où les femelles portent leurs œufs afin de récupérer les post-larves tombées sur le fond. L’IFREMER s’en est inspiré et a mis en place en 2019 un réseau de collecteurs entre le nord Cotentin et le Finistère pour suivre le recrutement de ces crustacés mais aussi du tourteau et de l’araignée. Ce réseau va s’étendre en 2020 jusque dans le Pays Basque. Le choix des sites s’est fait à partir de la connaissance locale des pêcheurs. 

En Normandie, 20 collecteurs ont ainsi été immergés à partir du mois de juin sur les sites de Chausey et de Cherbourg. Cette première année a permis de tester le matériel et organiser la logistique entre les pêcheurs et les plongeurs du SMEL. En 2020, les collecteurs vont être immergés sur une période plus longue de fin avril à septembre. Sur l’ensemble des sites bretons et normands, aucune post-larve de homard n’a été pêchée en 2019, seul un juvénile de 5 cm de longueur totale a été capturé à Port Blanc dans les côtes d’Armor. Le site de Cherbourg s’est démarqué avec une densité plus forte qu’ailleurs de juvéniles de tourteau.



Budget et financement de RECCRU:  1 498 530 €(TTC), financé à 60% par France Filière Pêche.

Durée : 2019-2022

Coordinateur scientifique : Martial LAURANS martial.laurans@ifremer.fr

Coordinateur technique :    Mewen ABJEAN abjean.cdpmem29@gmail.com

Correspondants locaux :    Laurence HEGRON – MACE lhegronmace@smel.fr

                                                      Vincent LEFEBVRE vlefebvre@smel.fr


PARTENARIAT TECHNIQUE & FINANCIER


Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.