Observer et bancariser pour la mémoire du littoral

Publié le 11 octobre 2019 | Nos travaux |

Qui se souvient de la date et de l’ampleur des échouages des physalies ou des détonateurs sur les côtes normandes ou encore du recul de la dune de Blainville-sur-mer ? C’est pour garder la mémoire de ces événements que le programme Vigie des havres a été mis en œuvre début 2018.

 En s’appuyant sur un réseau de bénévoles observateurs sur le littoral de la côte ouest du Cotentin, chaque évènement est daté, décrit,  photographié et stocké dans une base de données mise à disposition pour la sensibilisation du public et/ou dans le cadre d’études ultérieures.  Près d’une centaine d’observations diverses a ainsi été recueillie en une année. Par exemple, la présence de phoques dans la baie de Sienne est une bonne illustration de la nécessité de garder en mémoire les événements. Ce programme conduit par l’association Avril dans le cadre de l’étude RS2S piloté par le SMEL est financé par l’Agence de l’Eau Seine Normandie.


Tout un chacun peut être observateur, il suffit d’envoyer l’observation en indiquant le lieu et la date sur le site vigiedeshavres@associationavril.org



Vigie des havres, la mémoire des observations du littoral Ouest Cotentin

De nombreux réseaux d’observations existent sur le littoral de la Manche ; certains vont s’intéresser à la biodiversité sur le littoral (BIOLIT, ALAMER) ou sont spécifiques à certaines espèces (CAPOERA pour les raies, OBS EN MER pour les cétacés, Enbimanor pour les espèces invasives…), d’autres vont décrire les épisodes de blooms planctoniques (PHENOMER), on bien mesurer l’érosion côtière dans un contexte de réchauffement climatique et de montée des eaux  (RIVAGES, COCLICO). Le programme Vigie des havres, moins spécifique, va permettre d’enregistrer tous les événements observés au niveau local du havre de la Vanlée (Saint-Martin-de-Bréhal) au havre de Geffosses sur la côte ouest du Cotentin.

Partager ses observations sur une plateforme en ligne

Ce programme s’appuie sur la participation de tous les usagers du littoral du promeneur aux professionnels de la mer en passant par les associations, les établissements scolaires (primaires, collèges…), les collectivités territoriales…Dans le cadre d’une démarche de sciences participatives, chacun peut partager ses observations par le biais d’une plateforme en ligne (http://vigiedeshavres.associationavril.org/). Tous les événements ont un intérêt à être enregistré : échouages d’oiseaux ou d’animaux marins, pollutions, déchets, érosion dunaire, espèces rarement observées…

Un outil d’éco-sensibilisation pour tout public

La préservation de notre littoral passe nécessairement par la connaissance du milieu. Le recueil des observations permet de disposer d’un fantastique outil de sensibilisation à l’environnement pour un large public. En effet, de nombreux événements qui se produisent sur nos côtes sont méconnus, les photographies recueillies servent de support pour engager une réflexion sur la fragilité et la complexité de l’écosystème littoral.  Par exemple, l’observation de nouvelles espèces engage une réflexion sur l’évolution du climat. Le programme Vigie des havres permet cette diffusion d’information dans le cadre de projets scolaires, de sorties natures familiales, de café-débats…    

Une centaine d’observations recueillie cette année

Une centaine d’observations a été transmise en 2019, dont environ la moitié concernant les espèces vivantes rencontrées sur le littoral (mammifères marins, hippocampes, raies, anatifes…). Les échouages d’oiseaux, particulièrement en période hivernale représentent un quart des observations.  Plus rarement, des échouages de mammifères marins (dauphins, marsouins, baleines…) sont identifiés  ainsi que des déchets divers, dépôts de coquillages…Vigie des havres transmet ensuite ces observations aux structures concernées (organisations professionnelles, associations naturalistes, collectivités territoriales, organismes d’état).

Observation des phoques en baie de Sienne (Manche)

Parmi les observations transmises à Vigie des havres, certaines ont retenue notre attention : l’observation de phoques veau marin et gris sur nos côtes et plus particulièrement dans le Havre de Sienne. Après avoir reçu le soutien de la Fondation Nature et l’Homme ainsi que celui du syndicat mixte de la baie du Mont st Michel, un suivi bénévole des phoques a été lancé. En 2019, jusqu’à 5 phoques ont pu être observés ensemble dans le Havre de Sienne. Récemment au mois de Juillet 2019, un phoque veau marin a pu être identifié grâce à ses cicatrices. Il s’agissait d’un jeune mâle de 6 ans observé depuis 2016 dans la baie du Mont St Michel, cette observation confirme les déplacements de phoques le long de la côte des havres et démontre l’intérêt de Vigie des havres qui s’insère et complète localement les réseaux existants


Contacter le responsable SMEL de ce programme

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Partenariat technique

Partenariat financier


Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.