L’élevage d’hippocampe en Normandie.

Publié le 18 juin 2019 | Cultures marines, Nos travaux, Ressources documentaires |
Pendant, des siècles, les hippocampes ont suscité la curiosité ainsi que l’imagination des hommes avec leur forme caractéristique qui les différencie des autres poissons présents dans les mers du globe. Les hippocampes sont ainsi devenus populaires et, de ce fait, très courtisés à travers le monde. Les hippocampes déshydratés sont vendus, encore actuellement, dans un grand nombre de pays comme des souvenirs mais ils sont également utilisés par la médecine traditionnelle en Asie. Les hippocampes sont considérés comme des poissons d’ornements dans des aquariums publics ou privés ainsi que chez des particuliers passionnés par ces spécimens. Depuis de nombreuses années, l’aquariophilie marine est devenue une industrie à part entière, permettant de maintenir des poissons et des invertébrés dans des aquariums. Le développement de l’élevage des hippocampes en Normandie a fait l’objet d’une étude en collaboration avec deux jeunes chercheurs d’Aquacaen en formation à l’Université de Caen et au SMEL. 


L’hippocampe, sans aucun doute le poisson le plus étrange des océans

Les hippocampes sont des poissons téléostéens appartenant à la famille des Syngnathidés. Cette famille est présente principalement dans les milieux marins ; cependant elle peut également être présente dans les milieux estuariens et dans les milieux d’eaux douces. Le genre Hippocampus est exclusivement présent en milieu marin et compte une cinquantaine d’espèces. Les hippocampes sont parmi les poissons les plus étranges et ce sont probablement ceux qui sont le plus éloignés de la silhouette classique d’un poisson. Le corps d’un hippocampe est composé de trois grandes parties : la tête, le tronc et la queue. La tête forme un angle de 90° avec le corps lui donnant ainsi une allure de cheval si caractéristique des hippocampes.

L’hippocampe, un animal menacé d’extinction

De nombreuses espèces d’hippocampes sont grandement affectées par l’usage des engins de pêche non sélectifs favorisant les captures accessoires d’organismes marins côtiers. En effet, depuis de nombreuses années, plusieurs études montrent que la majorité des espèces d’hippocampes (Hippocampus spp.) présentes dans l’ensemble des mers du globe sont fortement exploitées et menacées de disparition. Ainsi, des mesures de conservation ont été mises en place au niveau mondial afin de réduire les pressions de pêches sur les populations d’hippocampes. D’après la liste rouge établie par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (IUCN), les hippocampes sont considérés comme des animaux présentant un risque d’extinction. Le genre Hippocampus est le seul à être entièrement protégé par l’annexe II de la convention de Washington (CITES). Aujourd’hui, les hippocampes sont dans une situation délicate principalement à cause de la commercialisation dont ils font l’objet notamment pour la médecine traditionnelle chinoise.

L’élevage des hippocampes maîtrisé en Normandie

Depuis quelques années, plusieurs chercheurs travaillent sur la maîtrise complète des cycles de vie des poissons coralliens destinés au marché de l’aquariophilie, tels que les poissons clowns et les hippocampes (Hippocampus kuda ; H. fuscus et H. barbouri). Ainsi, de nombreux élevages d’hippocampes ont vu le jour en Asie, Australie, Nouvelle Zélande, au Sud de l’Afrique ainsi qu’aux Etats-Unis. Cependant, la majorité des élevages d’hippocampes ne sont pas parvenus à maîtriser le cycle complet de vie et ont rencontré notamment des problèmes durant la phase de reproduction. Ainsi, de nombreux élevages pratiquent, dans les eaux côtières, la capture de juvéniles qui sont placés ensuite dans des bassins de grossissement. L’Ecurie Marine, située en Normandie est l’unique élevage d’hippocampes en France. Cette petite exploitation maîtrise parfaitement l’ensemble du cycle de production des hippocampes (alimentation, reproduction, paramètres physico-chimiques, etc…).

Une production de qualité pour le marché des aquariums

Les hippocampes sont concernés par une législation très stricte à la fois par la CITES mais également par le code de l’environnement. D’autres points de blocage ont été identifiés tels que les coûts liés au transport d’animaux vivants. Toutefois, l’élevage d’hippocampes en Normandie est possible comme le démontre la réussite de l’Ecurie Marine sur un marché de niche à destination des aquariums publics ou privés. La mise en place d’élevages de grandes tailles ciblée sur une production de masse pour le marché traditionnel asiatique apparaît par contre plus hasardeuse.

Contacter le responsable SMEL de ce programme

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Télécharger le rapport d'études

L’élevage d’hippocampes a-t-il un avenir en Normandie ?

Hennebaut B., A. Bismuth, J. Detienne, C. Detienne & O. Basuyaux (2019).

 

 
Télécharger le rapport au format PDF

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.