REseau MOULe NORmandie : production mytilicole 2016-2017

Publié le 8 février 2018 | Cultures marines, Nos travaux, Ressources documentaires |

Mis en place à partir de 2002, le réseau REMOULNOR a pour vocation d’apporter des informations sur la productivité mytilicole dans la Manche. S’appuyant sur 7 stations réparties dans chaque grand secteur de production mytilicole, il est composé de trois chapitres : un suivi de la productivité dans les conditions d’élevage, un suivi scientifique de croissance et de mortalité saisonnier dit de  productivité standard et un suivi de l’infestation des moules par le ver Mytilicola intestinalis. Les principaux résultats du suivi du cycle 2015-2016 sont désormais disponibles.



Suivi de la production de moules dans les conditions d’élevage appelé productivité sur pieu

Les poids bruts et nets de moules commercialisables sont en légère hausse par rapport à la saison dernière à l’échelle de la région (respectivement + 3% et + 6 %), situant la production régionale 2017 au niveau de celle des années 2012, 2013 et 2016.

La station de Pirou enregistre la plus forte baisse en poids brut comme en poids net avec, dans une moindre mesure celle de la Roquette à Chausey. Les stations d’Agon et de Bricqueville présentent des poids bruts en baisse mais des poids nets en hausse. Les stations de Hauteville, Huguenans à Chausey et Utah présentent des poids buts et nets en hausse.

La taille moyenne des moules commercialisables des stations de la Roquette et des Huguenans à Chausey, de Bricqueville, Hauteville et de Pirou est en baisse significative et ce, pour la troisième saison consécutive pour la plupart de ces sites. Alors que cette taille moyenne reste stable par rapport à la dernière saison à Utah, seule la taille moyenne des moules commercialisables d’Agon est en très légère hausse en 2017.

Le phénomène majeur de la saison 2017 concerne la très forte et très significative diminution observée sur les taux de remplissage. La moyenne régionale 2017 est la plus faible observée depuis l’année 2010. Sans aucune exception, tous les secteurs mytilicoles sont concernés par cette baisse. Ce phénomène est observé pour la troisième année consécutive pour les sites de production de Chausey. Pour les autres sites mytilicoles, cette baisse est très significative par rapport aux deux dernières saisons au cours desquelles les taux de remplissage moyens étaient restés stables voire en hausse.

Les conditions climatiques qui ont sévi au cours de ce cycle d’élevage ont donc eu un très fort impact sur la croissance et surtout sur la qualité des moules commercialisables. Le déficit important en précipitations observé dès l’automne 2016 est sans doute le facteur qui a le plus impacté la production mytilicole normande commercialisée en 2017.

Suivi scientifique de la croissance et de la mortalité appelé Productivité standard : suivi saisonnier

Le cycle 2016-2017 se caractérise par des longueurs et des poids moyens finaux en général supérieurs à ceux du cycle précédent notamment en raison d’une meilleure croissance du naissain. La croissance a été globalement supérieure en automne sur toutes les stations mais principalement Bricqueville, Hauteville et Pirou. En hiver, exception faite du site de la Roquette (Chausey), siège d’une faible croissance sur cette période, la croissance hivernale pour toutes les autres stations a été significativement supérieure, particulièrement à Hauteville et Agon. La croissance printanière a été, tout au plus équivalente (Roquette) sinon souvent inférieure à celle de l’an dernier. Ce déficit a été particulièrement significatif à Agon. Enfin, exception faite des sites d’Utah et de la Roquette pour lesquels la croissance estivale a été respectivement semblable et supérieure à celle de l’an dernier, toutes les autres stations sont le siège d’une baisse de croissance en été par rapport au cycle précédent. Ce déficit a été particulièrement très important à Bricqueville et Hauteville, puisque le gain de longueur ou de poids à cette saison a été quasi nul. Globalement les longueurs et poids moyens atteignent des valeurs proches des moyennes interannuelles pour les stations des Huguenans, d’Agon et de Pirou. Ces valeurs sont supérieures pour les stations de la Roquette et d’Utah. Par contre, les stations de Bricqueville et d’Hauteville accusent un déficit global de croissance par rapport aux moyennes interannuelles.

Comparativement au cycle précédent, les taux de remplissage en automne ont été en baisse pour les stations de Chausey et Utah mais stables sur les autres stations. Par contre, en hiver, les sites de Bricqueville et Hauteville présentent des taux de remplissage en très forte hausse avec des valeurs proches des maximales de la série historique. Au printemps, la tendance a été globalement vers une baisse de remplissage, sauf pour le site d’Agon avec des valeurs dans la moyenne de la station. En revanche, en été, exception faite des valeurs obtenues à Agon et Utah qui sont restées stables et proches des moyennes interannuelles, un très fort déficit en taux de remplissage est constaté à Bricqueville et Hauteville avec des valeurs proches des minimales de la série historique. A Chausey, les taux de remplissage sont légèrement supérieurs aux moyennes des stations.

La mortalité a été très faible globalement sur tous les sites, avec pour des sites comme Agon, des constats de prédation avérée mais qui situent les taux de pertes dans les moyennes interannuelles.

La particularité de ce cycle 2016-2017 réside en une productivité importante en hiver mais un très fort déficit au cours du printemps et surtout en été. Les stations les plus touchées par cette tendance sont les stations de Bricqueville et Hauteville.

Infestation par le ver Mytilicola intestinalis

Le taux d’infestation moyen régional 2017 est en baisse pour la 3ième année consécutive, atteignant la valeur obtenue en 2013 (le minimum observé sur la période de suivi). Le niveau de risque régional est classé comme faible.

Les taux d’infestation mesurés à l’automne 2017, représentent des risques faibles pour les stations de la Roquette (en baisse), Les Huguenans (légère hausse), Bricqueville (très forte baisse), Hauteville (forte baisse mais en limite de la catégorie de risque supérieure)  et Agon (stable).  Ils sont assez faibles pour les stations de Pirou (stable) et Utah (légère baisse).

Contacter le responsable de ce programme

Télécharger le rapport 2017

Suivis de la production mytilicole Bas Normande
Résultat du cycle 2016-2017.

Jean-Louis Blin, Suzy Moal & Stéphanie Pétinay (2018)

 

 
Télécharger le rapport au format PDF

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.