Les conditions du milieu influencent la traduction du génome chez l’ormeau.

L’ormeau est une espèce recherchée aussi bien par les nombreux pêcheurs plaisanciers que les quelques pêcheurs professionnels qui exercent leur activité dans le nord du département de la Manche. Une bactérie  pathogène du genre Vibrio décime les populations lorsque la température de l’eau est supérieure à 17°C. Les chercheurs de l’Université de Brest (LEMAR), en collaboration avec le SMEL, s’interrogent pour connaître les mécanismes biologiques qui conduisent à cette sensibilité différenciée en fonction des conditions du milieu. Cette recherche très pointue pourrait être appliquée à d’autres espèces concernées par les pathogènes. Les premiers résultats viennent d’être publiés.


Les ormeaux sensibles aux conditions du milieu

Durant l’été 1998, une bactérie pathogène a provoqué une mortalité massive des ormeaux  dans le Golfe normand-breton. On estime aujourd’hui que près de 90 voire 95% de la population ont été décimés en quelques années. Les recherches conduites par le SMEL en collaboration avec l’IFREMER puis le LEMAR ont montré que ces mortalités apparaissent lorsque la température de l’eau est supérieure à 17°C. Ainsi, le nord Cotentin, avec ses températures plus faibles, a été touché plus tardivement et moins massivement que l’ouest Cotentin.

La traduction des gènes est affectée par les conditions du milieu

Le transcriptome est l’ensemble des molécules messagères issues des gènes actifs d’un tissu dans des conditions de milieu données. Les variations des conditions environnementales et notamment la température ou le pH de l’eau peuvent avoir une influence significative sur ce transcriptome. Egalement, lors d’une infection bactérienne, l’activité de certains gènes signale  une réponse immunitaire de combat contre la maladie.

Description du transcriptome chez l’ormeau, une étape décisive pour la compréhension des mécanismes biologiques

Des chercheurs du LEMAR et du SMEL viennent de séquencer le transcriptome de larves (issues de l’élevage de la société France Haliotis) exposées à des conditions de température et de pH prévues pour la fin du siècle. Le transcriptome a également été séquencé sur des adultes préalablement contaminés avec le vibrio pathogène dans les installations confinées du SMEL. L’analyse des résultats montre des différences en fonction des conditions, notamment en ce qui concerne la structure cellulaire des larves et le système immunitaire des adultes. Cette technique et ces résultats, très innovants chez les ormeaux, pourraient être utilisés chez d’autres espèces d’intérêt économique afin de mieux comprendre les mécanismes de réponse aux changements globaux et d’envisager des actions pour lutter contre cette maladie.

Pour contacter le correspondant SMEL de cette étude

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Pour télécharger la publication scientifique

De novo assembly and annotation of the European abalone Haliotis tuberculata transcriptome
Ewan Harney, Bruno Dubief, Pierre Boudry, Olivier Basuyaux, Markus B. Schilhabel, Sylvain Huchette, Christine Paillard, Flavia L.D. Nunes

Télécharger le rapport au format PDF

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.