Huîtres et bactéries du genre Vibrio

Publié le 29 janvier 2016 | Cultures marines, Nos travaux, Ressources documentaires |
L’étude de la flore vibrionaceae des bassins ostréicoles français est réalisée en utilisant une nouvelle approche globale d’identification par spectrométrie de masse MALDI-TOF. Cette étude repose sur le réseau inter-régional des centres techniques (6 sites de production en France) et sur les moyens et compétences analytiques développés par le LABEO Manche.

Que représente cette flore vibrionacea par rapport à la flore bactérienne totale

Les premiers résultats obtenus en 2014 ont permis d’obtenir une vision de la présence des bactéries du genre Vibrio (en couleur) sur les sites ostréicoles étudiés. Celles-ci représentent environ 15% de la flore totale sur les sites normands (Blainville et St Vaast), 40% sur les sites atlantiques (La Bernerie, La Mortanne et La Flotte) et 66% sur le site de Thau. Dans tous les cas sont majoritaires les espèces appartenant au groupe Splendidus.

Proportion de bactéries du genre Vibrio par site.

Proportion de bactéries du genre Vibrio par site.

Caractérisation des écosystèmes étudiés

Sur la base de variables de diversités des espèces rencontrées et des charges bactériennes, les sites d’étude ont pu être classés. Ainsi, chaque grand écosystème ostréicole a pu être caractérisé. La lagune méditerranéenne se détache nettement des autres sites littoraux ouverts. Parmi ces derniers, le littoral normand se distingue du littoral atlantique au sein duquel le littoral vendéen et le littoral charentais forment deux groupes différents.

Classement des sites

Classement des sites expérimentaux.

Une présence qui se distingue dans le temps

Une analyse multi-variée des données a permis également de mettre en évidence que la diversité des souches observées pendant la période de mortalité des naissains n’est pas corrélée à celles retrouvées aux autres dates. Le phénomène de mortalité du naissain principalement touché par le virus OsHV-1, semble donc bouleverser la flore bactérienne dans les sites d’élevage.

Vers une meilleure connaissance de cette flore ?

Cette approche a été reconduite en 2015 et se poursuivra en 2016 afin de confirmer ces premiers résultats. Elle sera l’occasion d’enrichir la base d’identification des espèces bactériennes susceptibles d’être observées dans les secteurs ostréicoles.


Pour contacter le responsable de l'étude...

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Partenariat professionnel

   

Partenariat technique

  

Partenariat financier

          

Partenariat scientifique


 

Pour télécharger le rapport scientifique

couv_MALDITOFF_2015Étude de la flore vibrionaceae des huîtres par spectrophotométrie de masse MALDI-TOF. Suivi de l’année 2014

Réseau sentinelle des centres techniques.

Télécharger le rapport au format PDF

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.