Lutter contre la corrosion sans nuire à l’environnement

Publié le 15 janvier 2016 | Mer & Littoral, Nos travaux, Ressources documentaires |
Les infrastructures portuaires sont constituées partiellement de structures métalliques en contact avec l’eau de mer, leur protection contre la corrosion est donc indispensable. Différentes techniques de protection contre la corrosion existent mais dans la plupart des cas, des anodes sacrificielles (souvent en aluminium) sont positionnées sur ces structures évitant ainsi un vieillissement prématuré. Une meilleure connaissance de la diffusion dans l’environnement des métaux constitutifs de ces anodes est indispensable. Le programme TALINE a pour objectif d’apporter quelques réponses.

Le port de Calais : un site atelier pour la protection cathodique

Depuis 2014, le port de Calais, géré par la CCI, réalise un plan d’installation d’anodes constituées à 96% d’aluminium (activé à l’indium) sur l’ensemble de ses installations métalliques. Le programme Taline (Transfert d’éléments métalliques constitutifs d’anodes galvaniques ALuminium-INdium vers l’Environnement) est un programme scientifique de suivi et de compréhension des transferts de métaux vers les trois compartiments marins : eau, sédiment et biote. Les résultats obtenus à la suite de ce programme seront utiles pour les autorités gérant les installations portuaires ainsi que les industriels normands utilisant ce type de protection.

Une expertise normande mise au profit du programme de recherche

Le gestionnaire du port de Calais en collaboration étroite avec ACCOAST, bureau d’étude spécialisé dans le domaine portuaire, ont souhaité associer plusieurs partenaires normands à ce programme d’étude. Ainsi, suite aux travaux réalisés sur les éponges marines (programme Spontox), Le SMEL, L’Université de Caen Normandie, le Cnam-Intechmer et le LABEO Manche sont devenus des partenaires actifs du programme avec DCNS-research (Cherbourg) et l’Université de La Rochelle. La synergie entre des partenaires très variés permet une meilleure approche de la problématique.

Des suivis in situ complétés par des expérimentations en conditions contrôlées

Après une phase de campagnes de mesures permettant de connaître l’état chimique initial des différents compartiments du port avant la mise en place des anodes, un suivi sur plusieurs années est en cours de réalisation. Les concentrations en métaux dans l’eau, le sédiment et le biote (moules et éponges transférées en cage) sont évaluées. De même, le comportement des anodes (vitesses de dégradation, qualité des oxydes…) est estimé. En parallèle, des expérimentations en conditions contrôlées sont réalisées afin de modéliser les transferts de métaux issus des mêmes anodes sous différentes conditions de brassage. Des premiers résultats scientifiques, montrant la pertinence de la démarche, ont été publiés dans un journal international. Cette étude devrait s’achever fin 2017.

Pour contacter le responsable de l'étude...

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Partenariat financier.

Partenariat technique.


télécharger la publication scientifique
PG publi deborde

Impact of galvanic  anode dissolution on metal trace element concentration in marine waters.

Deborde, J., Refait, P., Bastamante, P., Caplat, C., Basuyaux, O., Grolleau, A.M., Mahaut, M.L. et al

Télécharger le rapport au format PDF

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.