Le bulot, espèce sentinelle pour le climat

Publié le 22 décembre 2015 | Nos travaux, Pêche | 2 commentaires
Évaluer la faculté d’adaptation du bulot face au réchauffement climatique, tel est l’enjeu du projet BESTCLIM. Commencé en février dernier, les premières phases de l’étude ont pu être engagées avec l’aide du financement des Conseils Départemental de la Manche et Régional de Basse Normandie (Synergie partenariale). Ce projet prolonge BULOCLIM et élargit le champ d’investigations. L’équipe projet est constituée du SMEL, de l’Unité Mixte de Recherche BOREA de l’université de Caen, d’IFREMER et du Comité Régional des Pêches de Basse Normandie.

Contexte de l’étude

Depuis 2013, l’état de la ressource est fragile malgré l’effort d’encadrement de la pêcherie. Est-ce suffisant pour une espèce préférant les eaux froides pour se reproduire ?. Le changement climatique actuel est en effet susceptible de modifier les paramètres du milieu et par là même les fonctions biologiques du bulot. Si des modèles sont actuellement développés pour projeter les effets de ces changements climatiques sur la répartition de certains stocks de pêche, il est essentiel d’apporter des indices biologiques et halieutiques complémentaires pour affiner les projections d’évolution du stock de bulots. Le programme BESTCLIM, qui prolonge BULOCLIM, intègre cette nécessité pour évaluer l’état de la ressource dans son environnement ainsi que la productivité d’une pêche pour les générations actuelles et futures.

Biologie, écologie, état de la ressource, évolution de l’activité ….

Les actions engagées en 2015

Le monitoring sur la dynamique de ponte du bulot en lien avec des scénarios climatiques a été poursuivi par le SMEL ainsi que le suivi de la croissance du bulot dans son milieu naturel. Le réseau d’observations en mer réalisé depuis 2007 par le SMEL en Baie de Granville a été reconduit. Toutes ces données font l’objet d’une valorisation cartographique par l’IFREMER. L’estimation d’indicateurs d’état de la ressource et de pression de pêche pour le bulot est également engagée en intégrant les données biologiques ainsi que des indicateurs halieutiques basés sur des modèles d’estimation de stock de pêche. L’équipe Biodiversité et Climat de Wimereux a commencé à modéliser la niche écologique de l’espèce en intégrant des données biologiques, physiologiques et environnementales.

Le CRPBN a lancé des enquêtes auprès d’un panel de pêcheurs en vue de recueillir les indicateurs socioéconomiques nécessaires au suivi de l’évolution de l’activité et ainsi adapter sa gestion.

En 2016 viendront s’ajouter

La détermination de l’âge du bulot à partir d’une nouvelle méthode (lecture des statolithes).

La détermination des sources d’alimentation du bulot dans son milieu naturel par l’UMR BOREA pour préciser si la nature de l’alimentation a un impact sur la reproduction du bulot. Une prospection sur le mareyage du bulot pour mesurer l’évolution de la filière.

Pour contacter le responsable de l'étude...

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Partenariat technique

 

Partenariat financier

 

Partagez cet article :

2 Commentaires sur cet article

  1. […] Un article du SMEL à propos de l’étude menée pour mesurer l’influence du réchauffement climatique sur la reproduction et la croissance du bulot en Normandie.  Le bulot, espèce sentinelle pour le climat  […]