Culture d’algues et conchyliculture en Normandie.

Publié le 3 décembre 2015 | Cultures marines, Nos travaux |
Depuis 2010, le projet NORMAND’ALG, qui réunit le SMEL, l’Université de Caen Normandie, le Comité Régional de la Conchyliculture et quelques professionnels, a pour but d’étudier la possibilité de la culture d’algues comme une activité annexe à la conchyliculture. Cette idée, venue des professionnels suite aux mortalités de naissains d’huîtres apparues en 2008, fait partie des solutions possibles pour l’avenir de cette profession.

La culture d’algues dans le monde et en France.

La culture est la principale source d’approvisionnement des algues dans le monde, elle représente 90% des 25 millions de tonnes produites. Très développée en Asie du Sud Est (Chine, Indonésie, Philippines, Japon), la culture fait partie des pratiques ancestrales et est parfaitement maîtrisée.

Par contre, en France, la principale source de production d’algues est la récolte. La plus emblématique est la pêche des laminaires dans le Finistère où les goémoniers utilisent des engins spécifiques appelés « scoubidou(s) ». La culture, bien que présente, reste encore aujourd’hui marginale même si plusieurs initiatives émergent en Bretagne.

Pourquoi Normand’Alg ?

Suite aux mortalités massives de naissains d’huîtres apparues en France dès 2008, les ostréiculteurs ont envisagé de diversifier leurs activités pour la survie de leurs entreprises. L’une des possibilités de diversification serait la culture d’algues. Soutenus financièrement par le conseil régional de Basse Normandie et le conseil départemental de la Manche, le SMEL et l’Université de Caen Normandie, qui menaient ensemble depuis une dizaine d’années des études sur les algues, se sont associés à quelques professionnels et au Comité Régional de la Conchyliculture Normandie Mer du Nord pour explorer les possibilités d’une telle culture. Et, dans un premier temps, les travaux se sont portés sur la faisabilité de cultures sur les concessions existantes donc sur estran.

De nombreux tests.

L’objectif de ces premiers tests a été de sélectionner les espèces d’algues normandes ayant un potentiel économique certain et de définir la méthode la plus adaptée pour les cultiver. Par conséquent, de très nombreux essais ont été effectués sur plusieurs espèces (Ulve, Palmaria, Laminaire, Chondrus,…), dans différentes conditions (sur table ostréicole, sur pieu mytilicole, en panier, en filet,…) et à différents niveaux de l’estran en fonction de l’espèce et de sa biologie. Tous ces essais devaient permettre d’éliminer un maximum de scénarios pour se concentrer, en un deuxième temps, sur les plus rentables. D’un autre côté, la possibilité de travailler en pleine eau s’est imposée au fil du temps, ne serait-ce que pour comparer les résultats mais aussi pour offrir d’autres perspectives aux professionnels.

La nécessité d’une écloserie

Même si les tests se sont vus confrontés à de nombreuses difficultés, comme le recrutement massif d’autres espèces empêchant la pousse des algues testées ou l’arrivée en masse des sargasses détruisant les cultures, deux espèces (Palmaria palmata et Saccharina latissima) ont été retenues comme potentiellement intéressantes. Par conséquent, les travaux se sont donc aujourd’hui orientés vers l’écloserie qui est un point central dans la production d’algues.

Pour Saccharina latissima, la phase d’écloserie, ayant donné des résultats concluants, est actuellement en phase de calibration à l’écloserie de la station marine de Luc sur Mer. Cette algue est destinée à être cultivée en pleine eau.

Pour Palmaria palmata, la phase d’écloserie est, à l’heure actuelle, en phase d’optimisation pour une culture future toujours prévue sur estran.

Ces travaux, actuellement en cours, devraient fournir des résultats d’ici 18 mois.

Pour contacter le responsable de l'étude...

Partenariat technique

Partenariat financier

 

 

télécharger le rapport complet
couv_normandalg

Développement de la phycoculture dans le cadre de la diversification des activités conchyclicoles

Initiative et synergie partenariale pour le développement de pratiques novatrices et durables en réponse aux besoins des professionnels Agriculture et Ressources Marines

Télécharger le rapport au format PDF

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.