L’entéromorphe, peut-être une algue bientôt exploitée…

Publié le 30 octobre 2015 | Cultures marines, Nos travaux |
Depuis les débuts de l’ostréiculture, les parcs d’élevages d’huîtres, à marée basse, verdissent au printemps. Ce phénomène cyclique est dû à l’apparition d’une algue verte, l’entéromorphe, qui colonise et recouvre entièrement les poches à huîtres. Dans le cadre du projet Normand’Alg, la question s’est posée de la possibilité d’une récolte et d’une valorisation de cette algue habituellement éradiquée par le retournement des poches en fin de printemps.

Une algue « gênante » pour l’ostréiculture.

« L’entéromorphe » est une algue présente naturellement sur notre littoral et fait partie de la grande famille des Ulvaceae ; elle est aujourd’hui considérée comme appartenant à l’espèce Ulva sp dont la plus connue est la laitue de mer, ou Ulva lactuca. Toutefois, sa prolifération importante au printemps sur les côtes normandes, est considérée comme gênante pour l’activité ostréicole. Elle oblige les professionnels à effectuer un retournement de leurs poches en fin de printemps pour éliminer ces algues qui empêchent la bonne circulation de l’eau dans les poches à huîtres et donc l’accès à l’alimentation pour les animaux.

Mais peut être une nouvelle ressource.

Cette algue n’est pas inconnue dans le monde industriel. Les japonais la consomment sous l’appellation Aanori. L’algue, préalablement séchée, est un condiment traditionnel utilisé dans de nombreux plats tels que la soupe miso ou les takoyaki. Les entéromorphes font partie de la liste des algues alimentaires depuis décembre 1998, mais ne font encore pas partie des algues les plus recherchées sur le marché européen.

Une ressource exploitable sur les côtes normandes mais….

Malgré ce manque d’intérêt général pour ce produit, la société ALEOR, basée à Lézardrieux (Côtes d’Armor), cherche depuis quelques années à valoriser ces algues. De son côté, le SMEL et ses partenaires du projet Normand’Alg, l’Université de Caen, le Comité Régional de la Conchyliculture et 4 professionnels, représentants des bassins ostréicoles normands (côte ouest Cotentin, côte est Cotentin, Baie des Veys et Asnelles-Meuvaines), ont effectué des ramassages expérimentaux qui ont pu mettre en évidence :

  • la qualité des algues ramassées : un taux de pureté très élevé.
  • la faisabilité technique réduite à sa plus grande simplicité : le ramassage à la main est très aisé (plus de 120kgs par heure et par personne au plus fort de la prolifération), permettant de ne pas ramasser de sable ou de vase très altérants pour la qualité du produit final.
  • Une différence notable entre les différents secteurs : les algues ont des formes et des couleurs différentes selon les bassins ostréicoles.

La société ALEOR, qui a réceptionné les algues ramassées, a noté avec grand intérêt la qualité du produit. Toutefois, malgré de nombreuses investigations, elle n’a  toujours pas pu trouver de filières intéressées par ce produit. Mais, tant du côté d’ALEOR que des partenaires de Normand’Alg, la valorisation de ce produit reste une priorité pour les années à venir. D’autant que la ressource est là…


Pour contacter le responsable de l'étude...

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

 


Partenariat technique.

     

 

Partenariat financier.

 

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.