Les cantonnements : protéger les ressources marines

Publié le 21 mai 2015 | Nos travaux, Pêche |
Le homard occupe une place importante sur la côte ouest du Cotentin et génère une activité de pêche dynamique. Dans les années 60, les professionnels inquiets par une diminution de la ressource, créent des « réserves » de pêche appelés cantonnements, permettant ainsi de protéger le homard. Depuis 2006, le SMEL réalise le suivi scientifique pour le compte du Comité Régional des Pêches Maritimes de Basse Normandie (CRPM).
Mesure d'un tourteau (Cancer pagarus) (@SMEL)

Mesure d’un tourteau (Cancer pagarus) (@SMEL)

Le Homard, espèce emblématique du Cotentin…

Le homard est l’espèce emblématique de l’ouest cotentin grâce à la présence d’archipels et de platiers rocheux. L’activité de pêche est importante et compte une cinquantaine de caseyeurs sur la façade ouest entre Carteret et Granville.

L’hiver rigoureux de 1962

La disparition de certaines espèces après l’hiver rigoureux de 1962 a suscité une inquiétude générale de la profession et une prise de conscience sur la gestion des ressources. La pêche du homard tenant une grande part dans les productions bas-normandes, 5 cantonnements à crustacés ont progressivement été créés le long de la façade Ouest Cotentin entre 1964 et 1999, au titre d’une approche de précaution et avec l’implication des professionnels.

Cantonnement de Blainville sur Mer (50)

Cantonnement de Blainville sur Mer (50)

C’est quoi un cantonnement ?….

Un cantonnement est une zone délimitée en mer à l’intérieur de laquelle une restriction de pêche est mise en place de manière temporaire ou définitive. On recense 34 cantonnements sur la façade atlantique française dont 20% se situent sur la façade ouest du Cotentin (Normandie). Tous ne font pas l’objet d’un suivi scientifique et technique pérenne et certains d’entre eux ne sont plus d’actualités. Ce n’est pas le cas dans le Cotentin, avec ses 7 cantonnements à crustacés et à coquilles saint jacques sur la côte ouest dont 5 sont suivis par le SMEL pour le compte du CRPM.

…..et à quoi ça sert ?

A protéger une ou plusieurs espèces et leurs habitats. Plus globalement, c’est un support d’expériences pouvant conduire à faire évoluer avec les professionnels les mesures de gestion de la pêcherie. Enfin, c’est un outil de communication pour sensibiliser tous les usagers aux démarches de pêcheries durables.

L’implication du SMEL

Le SMEL intervient avec sa propre logistique (moyens humains et nautiques) sur 3 sites à crustacés: Blainville sur mer, Pirou et Saint Germain sur ay. L’objectif principal est de suivre l’état de la population de homards et des autres crustacés (araignées, tourteaux, étrilles) dans une zone protégée. Les indicateurs halieutiques suivis portent sur la taille, l’indice d’abondance, le sexe ratio et l’état physiologique des animaux.

 

Contacter le responsable de ce programme

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


Partenariat technique :

Partenariat financier :

    

 

pêche - remise à l'eau d'un homard

Homard “bagué” remis à l’eau (@SMEL)

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.