La seiche : pontes et captures.

Publié le 4 mars 2015 | Nos travaux, Pêche, Ressources documentaires |

La seiche représente l’une des trois espèces principales pêchées en Basse-Normandie. Afin d’apporter des éléments au Comité Régional des Pêches de Basse Normandie (CRPBN) pour la gestion de cette pêcherie, le SMEL a réalisé une étude portant d’une part sur les œufs et d’autres part sur les captures par les chalutiers et les caseyeurs de la côte ouest du département de la Manche.

La Basse-Normandie, principale région française productrice de seiche

La France produit environ 10 000 tonne de seiche par an. Avec 300 navires, la Basse-Normandie débarque 4 500 à 7 000 t selon les années. La production sur la côte Ouest du Cotentin est réalisée par des caseyeurs et des chalutiers, principalement au printemps et en été.

Oeufs de seiche (sepia officinialis) (@SMEL)

Oeufs de seiche (Sepia officinialis) (@SMEL)

Une étude sur la façade ouest du Cotentin

Cette étude réalisée en collaboration avec le CRPBN, fait un zoom sur la façade Ouest du Cotentin. Elle porte sur les œufs de seiches (support, quantité, durée d’incubation, indicateur) d’une part et sur le déroulement de la pêche d’autre part (qui pêche quoi, où et quand).

La durée d’incubation et les sites de pontes précisées

Le modèle de durée d’incubation des œufs développé en bassin précédemment a été validé par des données de terrain. Ce modèle permet d’estimer la date d’éclosion à partir d’un suivi de la température de l’eau de mer.

Les résultats des observations ont permis de confirmer que les seiches pondent sur divers supports naturels, il semble que le port dressé soit un élément déterminant dans le choix du support de la seiche. La cartographie réalisée montre que d’autres facteurs interviennent dans la localisation précise des pontes ; la courantologie ou la nature du fond pourrait être des éléments majeurs mais l’approche expérimentale ne nous permet pas d’en préciser leur importance.

Évaluer la relation nombre d’œufs et quantité pêchée

Le nombre d’œufs est évalué en comptant les œufs sur des supports artificiels et sur les supports naturels par plongée. Les quantités pêchées sont estimées par les débarques en criée (chalutier) et par un suivi de 3 ou 4 caseyeurs considérés comme représentatif de la flottille. Les données issues des statistiques de pêche (déclaratives : fiche de pêche) permettent d’avoir une vision qualitative et quantitative de la pêcherie à plus long terme.

Mesures à la débarque : de gros seiches au printemps, des petites en été !!!

Les mesures (taille, poids) réalisées sur les débarques des caseyeurs et des chalutiers permettent de préciser la distribution de taille des populations de seiches pêchées. Ainsi, nous avons constaté qu’au printemps la taille des seiches pêchées est très similaire quelques soit l’engin de pêche (de l’ordre de 880 g en moyenne). Les petites seiches (<100 g) représentent 10% du nombre de seiches péchées durant la période d’étude (mars/août 2013) mais seulement 1% en poids et en valeur.

Ce travail permet de fournir deux pistes de réflexion pour la gestion durable de la pêcherie ; d’une part, sur la gestion des œufs fixés sur les casiers et d’autre part, sur le maillage des chaluts, notamment durant la période estivale.

PARTENAIRES TECHNIQUES :

PARTENAIRES FINANCIERS :

Contacter le responsable de l'étude

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Télécharger le rapport
couverture de Seiche 2012-2013

La seiche de la côte ouest du Cotentin : De la ponte à la capture…. 2012 – 2013

O. Basuyaux, V. Legrand. 2013.

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.