Le Pétoncle noir, une espèce d’intérêt aquacole.

Publié le 1 janvier 2014 | Cultures marines, Nos travaux, Ressources documentaires |

Le pétoncle noir, Chlamys varia, est une espèce principalement pêchée et consommée en Bretagne, pays de Loire et Charente Maritime. En forte baisse depuis de nombreuses années, la pêche pourrait être compensée par l’aquaculture. En effet, d’un prix de vente relativement élevé, c’est un bon candidat pour la diversification des cultures marines. Le SMEL a réalisé des essais en Basse Normandie.

Pétoncles sur collecteurs (@SMEL)

Pétoncles après 2 ans d’élevage sur table (@SMEL)

Une baisse de la production française pour un produit recherché sur la façade Atlantique…

Depuis 40 ans les quantités de pétoncles noirs vendues en France ont fortement baissé. Cette baisse semble consécutive à une chute de la production par surpêche. L’étude de marché réalisée semble montrer une demande forte pour ce produit de grande qualité. Bien que saisonnière aujourd’hui, la vente pourrait s’étaler sur une plus grande période si le produit était disponible. Le prix de vente moyen est de l’ordre de 11-12 € (soit 8€ en gros).

Une augmentation de production par l’élevage extensif

L’augmentation de production peut se faire par un réensemencement en mer dans les secteurs historiques de production (rade de Brest, Bretagne sud, Vendée…). L’écloserie du Tinduff produisant des juvéniles pour les pêcheurs, une étape de pré-grossissement en filière pourrait alors être utile (CREAA).

Le pétoncle Chlamys varis (@SMEL)

Chlamys varia dans son environnement naturel (@SMEL)

Le pétoncle noir pour diversifier la production conchylicole normande

L’augmentation de production, peut également être réalisée par une aquaculture maîtrisée dans le cadre de la diversification de la conchyliculture. La production de naissain de cette espèce en grande quantité ne semble plus aujourd’hui rencontrer de problème majeur mais des interrogations persistent pour le pré-grossissement et le grossissement. Toutefois, les essais réalisés par le SMEL semblent indiquer que les parcs ostréicoles sur table sont pour la grande majorité à une hauteur bathymétrique trop haute induisant une mortalité très importante. Ainsi, la diversification devrait s’accompagner d’un déplacement de parc vers le large en utilisant d’autres techniques de culture telles que les filières. Les croissances obtenues dans cette expérimentation sont trop lentes pour permettre une bonne rentabilité mais les croissances publiées dans la littérature (35 mm à 15 mois) semblent réalisables dans d’autres secteurs conchylicoles. Ainsi, de nouveaux essais devront être réalisés dans des secteurs offrant une meilleure croissance en évitant de brider les juvéniles par le manque de nourriture.

Contacter le responsable de l'étude

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Télécharger le rapport
couv_pétoncle

Etude de faisabilité technico-économique d’un élevage de pétoncles noirs Chlamys varia en Basse-Normandie.

O. Basuyaux, O. Mounsamy, V. Lefebvre, T. Gauquelin. 2014.

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.