HLiN : Huîtres du Littoral Normand

HLIN_logo Depuis son introduction dans les années 1970, l’huître creuse Crassostrea gigas a colonisé une grande partie des côtes françaises et de l’Europe. Tout d’abord cantonnée dans le bassin d’Arcachon et les Charentes, sa propagation gagne aujourd’hui le nord de la France avec de fortes populations naturelles en Bretagne et en Normandie.

Une population qui s’installe dans le nord de l’Europe.

Depuis le début des années 2000, la colonisation des huîtres gagne le nord de l’Europe. Au départ, l’espèce était principalement installée sur les côtes Sud Atlantique, mais il semble qu’un effet conjugué du réchauffement et d’une adaptation de l’espèce permet à l’huître de peupler les côtes de l’Irlande ou du Pays de Galles et même de la Norvège. La Normandie n’échappe pas à cette colonisation, notamment dans la baie de Mont Saint Michel et sur la côte ouest du Cotentin.

HLiN, suivi de la colonisation en Normandie.

Voyant les populations d’huîtres progresser sur les côtes normandes, le SMEL a décidé d’initier, en 2010, un suivi qui doit permettre de surveiller l’évolution de cette colonisation au cours du temps. Le but est de récolter des données de base qui participeront à la réflexion sur l’influence de cette population et son impact sur l’activité ostréicole dans un futur plus ou moins proche. L’espèce pourrait également être un témoin du réchauffement climatique dans la région.

Colonisation par les huîtres sur les rochers autour du Roc à Granville (@SMEL)

Colonisation par les huîtres sur les rochers autour du Roc à Granville (@SMEL)

Des études complémentaires pour une meilleure connaissance du phénomène.

Le suivi HLiN fait état de la colonisation et de son évolution par deux voies : le suivi de la densité de population et le suivi du recrutement (suivi annuel du naissain). Cependant, l’origine de cette colonisation était encore inconnue. Pour cela, le SMEL s’est associé au Laboratoire Environnement Ressources de Normandie (LERN, IFREMER Port en Bessin) et l’agence des aires marines protégées pour initier une première étude sur la dispersion larvaire. Cette étude sera abordée spécifiquement dans un rapport à paraitre prochainement.

PARTENAIRES TECHNIQUES :

IFREMER (LERN Port en Bessin), Agence des aires marines protégées.

Contacter le responsable de l'étude

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Télécharger le rapport
couv_HLiN1013

 

HLiN : Suivi de la colonisation et du recrutement des huîtres sauvages sur le littoral normand. État des travaux 2011 – 2013.

S. Pien, F. Maheux, T. Gauquelin, R. Le Gendre. 2014.

 

 

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.