Les hermelles dans l’ouest Cotentin

Publié le 1 juin 2011 | Mer & Littoral, Nos travaux |
Les hermelles sont des vers de quelques centimètres qui bâtissent des récifs avec des grains de sable. Ils peuvent atteindre près de 2 mètres. Les plus grands récifs sont visibles aux pieds des falaises de Champeaux. Ponctuellement, un développement important est observé sur une grande partie de la façade ouest du Cotentin. Une étude et cartographie de Sabellaria alveolata a été réalisé en 2010 et 2011 sur la côte ouest du département de la Manche.

Les récifs d’hermelles sont inscrits dans la directive Habitat

Sabellaria alveolata (hermelles) est un ver polychète formant des récifs ou des placages. Les études ont montré que les récifs augmentaient sensiblement la diversité écologique d’un site. A ce titre, ils sont généralement répertoriés dans les zones de protection dans le cadre de directive « habitat » de la communauté européenne. Le golfe Normano-breton dispose de deux récifs d’hermelles de grande superficie.

Un développement rapide sur l’ouest Cotentin

Depuis quelques années, un développement rapide de ce ver sur la façade ouest du Cotentin est constaté. Ce développement est parfois spectaculaire dans des zones de productions ostréicoles (Blainville sur mer /Gouville sur mer). Ainsi une cartographie de la façade ouest de la Manche a été réalisée. La distinction cartographique entre placage et récif est identifiée. Ces données sont comparées et discutées par rapport à la cartographie réalisée en 1987 par l’IFREMER ainsi que par rapport à des études plus anciennes afin d’évaluer la dynamique de ces populations.

Un intérêt écologique limité dans certains secteurs

Un éclairage particulier est fait pour caractériser les populations sur le secteur de Granville dans le cadre de l’extension de la zone portuaire. La présence d’hermelles y ait représenté par du placage plus ou moins dégradé d’un intérêt écologique mineur au regard des populations sur la façade ouest du Cotentin. D’autre part, cette zone, comprise entre la pointe de Granville et 2 km au sud du port, est un secteur fortement impacté et dégradé (vase, déchets, apports anthropiques). Ainsi, cette démarche globale montre clairement que cette zone ne présente pas d’intérêt écologique vis-à-vis de cette espèce.


Contacter le responsable de ce programme

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message


télécharger le rapport complet
Page garde rapport Hermelles

Etude cartographique de Sabellaria alvealata sur la côte ouest du département de la Manche

Focus aux abords de Granville.

Juin 2011.

O. Basuyaux.

Télécharger le rapport au format PDF

 

Partagez cet article :

Les commentaire sont fermés.